Изображения страниц
PDF
EPUB

Siva, nous entrâmes de nouveau dans les forêts qui continuent pendant plus d'une heure de marche sans autre interruption que des défrichements partiels; et, après avoir traversé ensuite un pays montagneux et inégal, nous atteignîmes ce qu'on appelle le gué de la Siva.

Sur ce point, le terrain étoit au moins à trente pieds au-dessus du niveau de l'eau, et le chemin pour y descendre avoit à peine huit pieds de largeur : il étoit d'ailleurs dégradé par les pluies, et absolument à pic. Sur la gauche il y avoit une montagne; sur la droite, une fondrière de plus de quarante pieds de profondeur. Il fallut donc dételer les chevaux, et descendre pas à pas la voiture, que soutenoient sur le côté et par derrière nos Mingreliens et les cosaques d’escorte. Au moyen de ces précautions, nous parvînmes sans accident au bord de la Siva, qui se jette avec un grand fracas dans la fondrière. En tombant, elle se divise en deux bras séparés par un ilot, sur lequel on voit les ruines d'un vieux bâtiment carré, ayant douze pieds sur toutes ses faces, et entouré d'arbustes. Du milieu de ce bâtiment sortoit un frêne , dont la grosseur prouvoit l'antiquité de cette ruine : elle a dû faire partie d'un moulin.

Malgré la rapidité du courant et la profondeur de l'eau, nous traversåmes heureusement la rivière.

Entre la Siva et la Techaour, sur un espace d'environ six werstes, on rencontre une belle forêt, dans laquelle les ormes, les noyers et les chènes sont assez nombreux; mais l'aune y est partout l'arbre le plus commun, et forme la presque totalité des taillis. Cet arbre semble s'être emparé de la Mingrelie entière.

La Techaour, qui se jette dans le Phase, n'est pas aussi rapide que la Siva. Cependant, son passage présentoit quelque danger, à cause de l'élévation de ses eaux qui dans ce moment étoient débordées.

Avant de continuer mon itinéraire, je ferai obseryer que les difficultés dont je viens de faire le tableau, tenoient à la circonstance des orages prolongés dont j'ai parlé. Ces obstacles, quand on le voudra, seront levés avec peu de dépense, rien n'étant plus facile que de placer des ponts de bois sur la Siva et sur la Techaour, d'élargir les passages trop étroits, de couper à fleur de terre les tronçons qu'on a laissés dans les défrichements, et enfin de construire plus solidement cette quantité de petits ponts, qui ne consistoient tous qu'en

s eaux

S ce ma

ass

poutres et en planches posées les unes près des autres (1).

Après le passage de la Techaour, nous continuâmes de traverser des forêts, au milieu desquelles nous remarquions des défrichements assez importants, dont une partie étoit consacrée au pacage des bestiaux, et l'autre à la culture du maïs, du millet, de l'orge et du tabac.

Sur notre gauche, nous découvrions une chaine de montagnes ornées d'une belle verdure, et, dans un grand éloignement, les sommets du Caucase couverts de neiges.

Sur une de ces montagnes isolées, et à une distance d'environ quatre werstes de notre route, s'élève un vieux château ou monastère; car, dans ces contrées, lorsqu'elles étoient

(1) Depuis trois ans cette route a été beaucoup améliorée. Je sais même qu'en 1823, des pipes de rhum expédiées d'Odessa à une maison anglaise établie à Tiflis, ont pu être chargées à Redoute-Kalé sur des voitures tartares qui retournoient à Bakou, d'où elles étoient arrivées avec un chargement de caviar, provenant des pêches de la mer Caspienne. Ce caviar avoit été expédié par des marchands arméniens pour les îles de la Grèce et pour l'Italie, où la consommation en est considérable. · Je cite ce fait avec d'autant plus de plaisir, qu'il est, dans les temps modernes, le premier exemple d'une relation de commerce directe entre la mer Noire et la mer Caspienne.

[merged small][ocr errors]

exposées aux incursions des Barbares, la construction des couvents et celle des forteresses étoient les mêmes. Ce bâtiment est bien conservé, d'une forme carrée et à quatre campanilles, au milieu desquelles domine une tour assez élevée. L'édifice est construit en pierres de taille d'une grande dimension, placées par assises. Elles nous parurent liées seulement avec de l'argile. La position en devoit être très-forte. Cette construction est vraisemblablement Génoise. Elle servoit sans doute à protéger les caravanes de cette nation guerrière et commerçante, lorsque, maitresse de Théodosie, elle avoit établi d'immenses relations avec l'intérieur de l'Asie par la Mingrelie et la Géorgie.

Partis tard du poste de Sakharbet, nous ne pouvions arriver que très-avant dans la nuit à celui d’Abacha. Nous nous décidâmes donc à aller demander l'hospitalité à un seigneur Mingrelien, dont l'habitation étoit dans le voisinage.

Dans cette contrée, si peu fréquentée, l'arrivée d'une voiture et de huit à dix cavaliers cause toujours une première impression de frayeur; et il est juste de convenir que la manière un peu étrange dont nous avions pris possession de la propriété du seigneur, étoit faite pour la déterminer. La porte en bois qui en formoit l'entrée étoit trop étroite et trop basse pour le passage du britchka, et nos cosaques, sans hésiter, firent dans la haie une immense trouée par où nous passâmes à notre aise. Aussi fallut-il que mon interprète, suivi d'un cosaque, allât chercher dans la maison même du prince ceux de ses gens qui nous avoient aperçus, et qui s'y étoient réfugiés. Remis de leur frayeur, ils se décidèrent d'assez bonne grâce à nous offrir, pour y passer la nuit, une maison de bois destinée aux étrangers, et qu'ils nomment occhos. Elle étoit placée à l'entrée de l'immense enclos qui servoit de cour et de pâturage. Le seigneur se trouvoit alors absent; il étoit allé faire sa cour à son souverain Dadian, dont la demeure n'est qu'à vingt werstes de distance de la sienne.

La maison principale du seigneur Mingrelien et tous les bâtiments accessoires étoient placés dans une très-belle prairie garnie d'arbres des plus fortes dimensions, et que traversoit une petite rivière d'eau courante et limpide.

Nous étions à peine descendus de voiture, que le fils du prince vint avec son gouverneur nous faire visite. Cet enfant, à peine âgé de douze ans et d'une figure très-agréable, avoit les manières douces et prévenantes, et nous engagea avec beaucoup d'instance à disposer libre

« ПредыдущаяПродолжить »