Изображения страниц
PDF
EPUB

tions du fisc, aux foibles considérations, aux craintes des petits abus de contrebande inséparables de toute franchise; abus qui, comme me l'écrivoit M. le duc de Richelieu, étoient de bien peu d'importance sur un point isolé, lorsque, surtout comme en Russie, on a sept cents lieues de frontières sèches à garder.

Depuis lors, l'ukase que j'ai déjà cité a ouvert aux négociants d'Odessa une nouvelle branche de commerce d'autant plus importante pour cette ville, que la situation et les priviléges dont elle jouit lui assuroient en même temps l'entrepôt des produits servant d'échange entre l’Europe et l'Asie, et un immense transit dans le cas d'une guerre maritime. Mais à Odessa, plus que partout ailleurs, les négociants s'écartent peu de leur marche ordinaire : toute innovation les inquiète; et, jugeant la nouvelle route sur les résultats malheureux d'expéditions faites en marchandises de rebut, mal choisies et grevées de frais excessifs, ils n'ont pas encore profité de tout l'avantage attaché à la situation de Tiflis.

On évalue à présent la population d'Odessa à près de quarante mille âmes, amalgame de tous les peuples de l'Europe et de l’Asie. Le quart environ des habitants est né en Russie; le reste se compose de Français, d’Italiens, d’Anglais, d’Au

CS

trichiens, de Juifs allemands, polonais et caraïtes (1), de Polonais, d'Arméniens, de Bulgares, etc. Les uns sont artisans, les autres s'occupent de commerce.

Indépendamment de cette population stationnaire, tous les ans, depuis le 1er avril jusqu'au 1 °F novembre, de riches seigneurs russes et polonais se réunissent à Odessa, qui est devenue pour la Russie ce que la Suisse et l’Italie sont pour l'Europe occidentale.

On comptoit alors

Dans l'enceinte du port franc, deux mille trois cent soixante-dix-huit maisons contenant environ.................. 28,000 habitants.

Dans le faubourg, hors des limites, neuf cent six maisons contenant..... 12,000

40,000 habitants. ainsi répartis :

Les employés du gouvernement, y compris ceux qui sont retirés du service, étoient évalués à...................... 1,732 habitants,

[blocks in formation]

(1) Les Juifs caraïtes descendent de ceux qui sont restés en Perse après la captivité. Ils n'ont aucun rapport avec les autres Juifs pour le caractère, les mours et les habitudes. Ils disent, en parlant de Jésus-Christ, qu'ils n'ont point participé à la mort du Juste.

Report d'autre part... 1,732 habitants. Les négociants, marchands de toute espèce, et citoyens inscrits à la municipalité, à. .............. 19,858

Les séjournants en vertu de passeports et cartes de sûreté, étoient ordinairement d'environ. ........... 18,000

[blocks in formation]

no

Le mouvement d'entrée et de sortie de la ville, pendant cette année, fut de trois cent vingt-huit mille huit cents individus.

A l'égard des colons, les Juifs, en très-grand nombre, occupent les terres pla la Codima, rivière qui faisoit autrefois la limite de la Turquie et de la Pologne. Ils ont formé un très-grand nombre de villages, dont le plus considérable comme le plus digne de remarque, est celui de Severinowka , appartenant au comte Severyn Potocky, frère du savant comte Jean Potocky, et, comme lui, homme plein d'esprit et d'instruction. Ce seigneur, depuis vingt ans, consacre presque tout son temps, applique toutes ses pensées à augmenter la population et la prospérité de ses petits États; car on peut presque donner ce nom à une terre de vingt-quatre mille disséatines (soixante mille arpents de France). Il

y a multiplié les plantations; il a tiré parti du terrain , pour embellir l'aspect du pays, et a le premier cultivé la vigne là où, avant lui, jamais le soc n'avoit passé, et où, pendant l'hiver, le thermomètre descend quelquefois jusqu'à 22°

Un hameau de quelques maisons est devenu successivement un grand village, un bourg, . presque une ville, où l'on trouve déjà réunies une église en pierre pour les Moldaves et les Russes du rit grec, des synagogues, une fontaine et des promenades. Indépendamment de tout ce qui est réclamé par les besoins d'une administration, on y a fondé une banque au compte du seigneur : elle fait, à un intérêt modique, des avances à ceux qui veulent y construire des maisons, se livrer à l'agriculture, ou avoir plus de moyens de s'occuper du commerce. J'ajouterai que le comte Severyn Potocky est sans cesse occupé à introduire sur ses terres toutes les inventions nouvelles dont l'utilité a été confirmée par une suffisante expérience.

La population de Severinowka se compose de Juifs, de Polonais, de Russes, et surtout de Moldaves.

Dans les environs d'Odessa, on trouve une colonie grecque; elle y cultive des terres que le gouvernement russe lui a concédées. Elle a

fourni dans la dernière guerre un bataillon qui s'est toujours distingué.

Un assez grand nombre de Bulgares et de Serviens échappés au gouvernement oppresseur de la Turquie, ont accepté l'asile que leur a ossert l'impératrice Catherine. Ils sont laborieux, actifs, intelligents, et les villages qu'ils occupent sont remarquables par l'air d'aisance qui y règne. Les marchands d'Odessa se plaignent de leur avarice, qui les porte à amasser les produits de leurs terres, au lieu de les employer en achats de marchandises pour leur usage; mais cette habitude se perdra sans doute peu à peu : elle s'est naturellement contractée sous un gouvernement arbitraire, et dans un pays où on ne pouvoit sans danger être riche ou passer pour l'être. C'est certainement cette circonstance, plus que l'effet du climat, qui explique l'avarice des Grecs, des Persans, des Indiens, de presque tous les peuples soumis au despotisme absolu ou à des conquérants. Les Bulgares sont les meilleurs ouvriers de ferme qu'on puisse se procurer dans la Russie méridionale.

Les colons du Wurtemberg et de la Souabe, attirés dans les environs d'Odessa, avoient mal réussi dans le principe : ils étoient arrivés dans la mauvaise saison, au moment où on ne les atten

US

« ПредыдущаяПродолжить »